Les sous thémes

  • La jeunesse, une force à engager dans la conservation

Le choix de cette thématique a pour but d’aborder, dans toute sa plénitude, la problématique relative à la place des jeunes dans la Conservation Marine et Côtière (CMC) ouest-africaine. Pour ce faire, les contributions des participants sont attendues dans les domaines en relation avec l’implication et la responsabilisation de la jeunesse par rapport aux questions environnementales notamment sa connaissance et sa compréhension des enjeux de la Conservation, la promotion de l’éducation à l’environnement, les formations aux problématiques de la zone côtière et marine, des exemples d’initiatives locales de conservation marine et côtière conduites par la jeunesse et/ou destinées aux jeunes, etc.

  • La conservation des ressources marines et côtières, un levier de paix et de coopération dans la sous région

Cette thématique a pour but d’aborder la problématique relative à la conservation des ressources marines et côtières en tant que levier de paix et de coopération dans la sous-région.A cette fin, les contributions des participants sont attendues notamment sur les initiatives de gestion transfrontalière de ressources et/ou d’espace, la mise en place de cadres de concertation et/ou de coopération multi-acteurs et/ou régionaux, les avancées en matière de gestion des ressources partagées, les initiatives locales de gestion participative, la résolution de conflits à travers les initiatives de conservation, etc.

  • La conservation de la biodiversité, un facteur essentiel de la sécurité alimentaire et de lutte contre la pauvreté

Le choix de cette thématique a pour but de faire toute la lumière sur la gestion de la biodiversité en relation avec la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté. A cet effet, les contributions des participants sont attendues notamment sur la valorisation post-capture dans un contexte de raréfaction des ressources halieutiques, le rôle des femmes dans la lutte contre la pauvreté dans les communautés de pêche, les systèmes de distribution des produits de la pêche sur les marchés nationaux et sous régionaux dans une optique de sécurité alimentaire, les initiatives en matière de gestion durable visant l’adéquation des prix du poisson avec les pouvoirs d’achat des populations défavorisées, etc.

  • Les AMPs, un outil de gestion des ressources et des territoires

Les Aires Marines Protégées (AMP) sont des outils de gestion durable des écosystèmes littoraux qui souscrivent à la logique de maintien des habitats critiques et des processus écologiques indispensables au renouvellement des ressources naturelles et à la conservation de la biodiversité au service des sociétés. Les bénéfices attendus de ces entités, qui dépassent les limites géographiques de leur espace strict, sont d’ordre écologique, économique, culturel et social.

Le choix de cette thématique a pour but d’aborder le rôle des AMPs en tant qu’outil de gestion des ressources et des territoires. Pour ce faire, les contributions des participants sont attendues notamment sur la dynamique de création et de gouvernance des AMP ; les opportunités de réduction des confits liés à l’utilisation des ressources au sein des AMPs ; les facilités pour l’existence de multiples systèmes d’utilisation ; la participation des acteurs à la gouvernance des AMP ; la perception des AMPs par les usagers, etc.

  • L’économie bleue, quelles perspectives pour les pays de la sous région?

L’Économie bleue consiste à s’assurer qu’un écosystème maintienne ses règles évolutives afin que tous puissent bénéficier du flux infini de la nature en matière de créativité, d’adaptabilité et d’abondance; elle s’attache à proposer une mentalité, une philosophie, une méthodologie et donc des modèles pour un développement proche du principe de l’écosystème. Elle vise à créer des emplois, à renforcer le capital social et à contribuer à la hausse des revenus tout en préservant l'environnement.

Pour la sous-région, le but de cette thématique est d’enclencher une réflexion sur l’économie bleue notamment les leviers qui sont à la portée des pays pour (i) valoriser davantage leurs écosystèmes littoraux tout en assurant la préservation de la biodiversité et la protection de l'environnement et (ii) tirer profit des mécanismes internationaux de financement en vue d’exploiter les potentialités disponibles au niveau des écosystèmes ouest africains et ce pour créer davantage d’emplois et de générer des produits et des services en plus grand nombre.

  • Quelles formes de communication pour la conservation?

Le PRCM et ses partenaires ont produit beaucoup de connaissances et d’information sur les écosystèmes littoraux et leur conservation. Malgré cela, le secteur de la conservation est encore méconnu et son message est toujours parasité. Elle est donc à repenser totalement quand on sait que le savoir et la connaissance constituent la principale chance d’améliorer la gouvernance et la gestion de la zone côtière et de ses patrimoines

Le but de cette thématique est de permettre aux acteurs du littoral ouest africain de présenter les schémas et outils de communication en vigueur et d’identifier les formes de communication les plus appropriées pour la conservation de la zone et côtière. On pense aux bulletins mensuels, à l’utilisation des médias, aux animations socioculturelles, aux expositions, aux colloques et forums, aux publications, au site web, aux réseaux sociaux du type facebook, aux réseaux professionnels, aux curricula scolaires, etc.